nudsu(s), l'ombre et la forme


Cet ouvrage prend matière de la présentation d'une collection de quelques 150 statuettes de bois, que les Guna nomment nudsus, pour partir à la découverte de ce peuple autochtone du Panama et de sa conception du Monde-Autre.

144 p. | 90 illustrations

Coédition avec le Musée Cécile Sabourdy

Dans la pensée thérapeutique guna, le processus de guérison implique à la fois l'administration de plantes médicinales et de faire appel au monde des esprits. Les aspects physiques et mentaux de la guérison sont traités avec la même importance.

L’un des premiers peuples amérindiens autochtones abordés par les Européens il y a 500 ans fut le peuple Guna ; la rencontre, dévastatrice, eut lieu à l’embouchure du fleuve Atrato à l’extrême nord-ouest de l’actuelle Colombie. Depuis lors, les Guna ont appris à composer avec l’adversité et même réussi jusqu’à aujourd’hui à préserver intactes leur culture et leur cohésion sociale. Non sans transigeance ni sans menaces pour l’avenir. Mais avec une capacité remarquable à décider par eux-mêmes de ce qui est bon d’intégrer dans leur existence ou pas. Leur spiritualité, incroyablement complexe, fondée sur l’idée que le monde physique est sous-tendu et animé par le monde de l’esprit, n'y est pas étrangère. Leur rapport quasi fusionnel à leur environnement naturel fait le reste.

Cet ouvrage prend matière de la présentation d’une collection de quelques 150 statuettes de bois, que les Guna nomment nudsus, constituée au cours des dix dernières années, pour partir à la découverte de ce peuple et de ses croyances.

Les nudsus ? Disons en première instance qu’ils sont les « véhicules » par lesquels les Guna communiquent avec les puissances invisibles qui tour à tour ordonnent le monde et créent le chaos. Ils sont à la fois les auxiliaires de l’homme dans son combat thérapeutique pour rétablir l’équilibre humain, quand celui-ci est menacé, et les protecteurs bienveillants et familiers du foyer guna au quotidien. Si ces statuettes, à l’expressionnisme souvent saisissant, interpellent par l’originalité de leur forme esthétique, il apparaît aussi que la séduction de leur enveloppe n’est que l'ombre d’une séduction autrement plus puissante, mais imperceptible, née dans un monde autre que celui que nous voyons.